Le trimming aux US : attention à la discrimination !

Marc et ses dread-locks, refusés sur le sol américain

Hello mes bichettes ! Hier soir, une de mes amie est rentrée des Etats-Unis où elle était allée faire du trimming pendant quelques mois. Nous nous sommes retrouvées entre copines pour qu’elle nous raconte ses aventures et l’une de ses expériences m’a tellement choquée que j’ai voulu la partager avec vous. Voici l’histoire de Marc, qui s’est fait refuser sur le sol américain car il avait des dread-locks…

Mais d’abord, c’est quoi le trimming ?

Pour que vous compreniez bien cette histoire, il faut d’abord que je vous explique ce qu’est le trimming, pour ceux qui ne connaissent pas ce terme. Vous savez peut-être que le cannabis a été légalisé depuis quelques années dans certains Etats des USA. C’est le cas de la Californie, par exemple. Là-bas, l’exploitation de cannabis est donc devenue légale et on y trouve de nombreuses plantations dans ce qu’on appelle le triangle d’émeraude, entre Trinity, Mendocino et Humbolt.

Pour récolter les cannabis, il faut couper les tiges et séparer les fleurs – qui seront fumées – des feuilles – qui ne comportent pas de THC (la molécule qui « défonce »). C’est cette séparation fleurs / feuilles qu’on appelle le trimming. Cette tâche est souvent reléguée à des jeunes voyageurs en quête de d’argent pour continuer leurs aventures. Il faut dire que le trimming est très bien payé : comptez en moyenne 150$ de l’heure.

Les hippies, très mal vus en Californie

Le problème, c’est que certains locaux, dont une partie des autorités, voient d’un très mauvais œil le fait que le cannabis soit légalisé, et encore plus le fait que des étrangers viennent le récolter. Mon amie nous en a raconté les conséquences : dans l’avion, elle était assise à côté d’un jeune homme, Marc, 27 ans, qui partait lui-aussi faire le trimming en Californie. Marc portait des dread-locks.

Arrivés à l’aéroport de San Francisco, elle présente son passeport et passe la douane sans trop de problèmes. Heureusement qu’elle affichait un style banal, classique, car Marc, en revanche, n’a pas eu autant de chance qu’elle. Il présente, lui aussi, son passeport, mais l’officier ne le laisse pas passer. Il commence à lui poser des questions, lui demande pourquoi il est là et lorsque Marc lui répond qu’il vient faire du trimming, l’officier commence à s’énerver. Il lui dit des choses absolument incohérentes, comme quoi ses papiers ne sont pas valides, que les gens avec des dreads-locks ne sont pas acceptés sur le territoire, etc. Surpris, Marc ne sait pas quoi dire et il se fait emmener par l’officier dans un bureau.

Plus tard, mon amie a pris des nouvelles par Facebook et Marc lui a raconté qu’ils l’ont mis dans le premier avion pour l’Europe et qu’il s’est retrouvé à Londres le lendemain. Il a dû prendre un bus jusqu’à Paris (10h de trajet), puis un covoiturage pour rentrer chez lui.

Comment ne pas se faire refuser sur le territoire américain ?

A la question « Pouvez-vous vous faire refuser le sol sur le territoire americain ? « , la réponse est donc catégoriquement « Oui ». Même si légalement, si tous vos papiers sont en règles, vous n’avez aucune raison d’être refusé, il se peut que vous fassiez face à des cas de discrimination, comme Marc.

Si vous partez faire du trimming, il peut être judicieux de couper vos dread-locks. Sinon, mieux vaut atterrir dans un aéroport plus lointain et finir votre trajet en bus. Quoi qu’il en soit, ne dites jamais aux officiers que vous venez pour cette raison, vous prendrez de gros risques de refus de passage.

Finalement, préparez bien tous vos documents : passeport, document esta, permis de séjour ou de travail… Renseignez-vous scrupuleusement sur les démarches administratives nécessaires à votre situation pour être sûr de ne pas être refoulé à l’aéroport.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*