Quelles fautes sont éliminatoires au permis de conduire ?

Faire une faute au permis n'est pas forcément éliminatoire

Je ne sais pas vous, mais moi, avant chaque examen, je panique totalement. C’est une des raisons pour laquelle j’ai dû repasser mon permis de conduire plusieurs fois. Le stress de l’examen a entraîné chez moi des gestes imprévus qui ont compromis mon succès à l’épreuve, ce que je ne souhaite à personne d’autre. Pour réduire ce stress, je pense qu’il est utile de bien se renseigner sur les différentes fautes éliminatoires au permis. Etre averti aide à se présenter serein lors de l’examen. J’ai donc recensé pour vous quelques notions essentielles.

Les différents types de fautes

L’examen du permis de conduire se compose d’une épreuve de seulement 32 minutes. 32 minutes pendant lesquelles de nombreuses fautes peuvent survenir, surtout en cas de stress. Parmi ces fautes, on distingue trois classes :

  • les fautes dites « admises » : celles qui restent conforme à l’usage des règles de circulation et n’affectent pas le résultat du l’examen,
  • les fautes dites « tolérées » : celles qui ne sont pas graves mais qui, si elles sont multipliées pendant l’épreuve, peuvent mener à l’échec du candidat,
  • les fautes dites « éliminatoires » : celles qui mettent en danger la sécurité des usagers et qui éliminent automatiquement le candidat à l’épreuve.

Les fautes éliminatoires

Les fautes qu’il faut absolument éviter sont donc les fautes éliminatoires. Si le candidat en comment ne serait-ce qu’une seule, même malgré des circonstances atténuantes, il sera directement refusé à l’épreuve qui pourra être, ou non, écourté par l’examinateur. Parmi les fautes éliminatoires, on compte :

  • circulation à gauche sur une chaussée à double sens,
  • franchissement d’une ligne continue,
  • circulation sur les bandes d’arrêt d’urgence ou les voies réservées,
  • non-respect d’un signal prescrivant l’arrêt,
  • circulation en sens interdit,
  • recul important lors d’un démarrage en côte,
  • calages répétés en milieu de circulation,

Les points d’évaluation

Le candidat doit également garder en tête, afin d’être bien préparé et de ne pas stresser, que l’examen ne porte pas seulement sur la conduite. Il sera bien sûr évalué sur sa capacité à conduire le véhicule, depuis l’installation jusqu’à l’arrêt du véhicule, mais aussi à effectuer des vérification techniques, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du véhicule, ainsi que deux manœuvres. L’examinateur peut également questionner le candidat sur sa perception, son interprétation ou les conditions de réalisation d’une action de conduite en particulier.

Parmi les différents critères d’évaluation des compétences du candidat figurent :

  • connaître et utiliser les commandes,
  • prendre l’information,
  • adapter son allure aux circonstances,
  • appliquer la réglementation,
  • communiquer avec les autres usagers,
  • partager la chaussée,
  • maintenir des espaces de sécurité,
  • analyser des situations,
  • s’adaptatier aux situations
  • adopter une conduite autonome.

Les manœuvres

Le candidat devra également compléter deux manœuvres au cours de l’examen. L’une consistera en un freinage de précision, tandis que l’autre figurera parmi la liste suivante :

  • une marche arrière en ligne droite,
  • une marche arrière en arrondi ou en angle,
  • un rangement en créneau,
  • un rangement en épi,
  • un rangement en bataille,
  • un demi-tour.

A savoir que lors d’un créneau, le fait de toucher le trottoir ne constitue pas une faute éliminatoire mais une faute tolérée. Elle ne fera l’échec du candidat que si celui-ci la répète à plusieurs reprises.

La méthode d’évaluation

Hormis les fautes éliminatoires, le candidat devra tout de même rempli un total de vingt points pour être accepté. Pour chacune des compétences évaluées, l’examinateur attribue une note de 0 à 3 de la manière suivante :

  • 0 : au moins une composante de la compétence n’est pas acquise et le candidat est incapable de la restituer. Pour autant, la sécurité n’a pas dépendu des tiers,
  • 1 : la compétence est en cours d’acquisition mais mal maîtrisée. Elle a été mise en œuvre pendant l’examen, mais de manière incomplète,
  • 2 : la compétence est acquise. Elle a été mise en œuvre pendant l’examen à des niveaux de qualité variable,
  • 3 : la compétence est correctement et régulièrement restituée. Le candidat a su la mettre en œuvre à chaque fois que cela était utile.

Comment gagner des points ?

Pour maximiser ses chances d’obtenir des points, le candidat devra avant tout présenter une conduite apaisée qui lui permettra de prouver toutes ses compétences. Les question relatives aux vérification techniques valant chacune un point, il est important qu’il prenne le temps de réfléchir soigneusement avant de donner sa réponse. Le plus souvent, le bon sens l’emporte.

A savoir également que le candidat peut se voir attribuer un point bonus s’il réussi à démontrer sa capacité à adapter sa conduite de manière à économiser la consommation de carburant et à limiter les rejets de gaz à effet de serre tout en maintenant de bonnes conditions de sécurité durant l’épreuve.

Un autre point bonus pourra lui être attribué s’il a réussi à fait preuve d’une attitude préventive et courtoise envers les autres usagers, et plus particulièrement les plus vulnérables. Encore une fois, il est donc essentiel qu’il soit relaxé durant l’examen afin de pouvoir prouver son attention et ses capacité à l’examinateur.

Vous voilà maintenant prêt à passer votre permis de conduire en toute sérénité ! Et pour ceux qui voudraient en savoir plus, il suffit de consulter l’arrêté qui fixe les règles du permis de conduire.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*