Gardnerella, une infection affligeante

Gardnerella Vaginalis se développant dans un vagin au pH pas assez acide

Salut les filles. Un article spécialement dédicacé pour vous aujourd’hui, car il traite de Gardnerella, une infection vaginale des plus gênante. Une de mes amies peine à s’en débarrasser, ce qui m’a inspiré de faire quelques recherches pour les partager avec elle, vous et le reste du monde.

Garnerella, une production de notre corps

Le Gardnerella est forme de vaginite. C’est une infection vaginale composée d’un petit microbe qui profite d’un pH trop basique dans votre vagin pour se multiplier. Nous fabriquons ce microbe naturellement, mais lorsque notre pH vaginal n’est plus assez acide, alors il prolifère en quantité trop importante et là, ça peut devenir vraiment gênant.

Le principal symptôme de Gardnerella est, malheureusement, une forte, très forte odeur de poisson pourri. Le pire est que, alors que notre pH vaginal naturel est un peu acide, celui du sperme de l’homme est, en revanche, plutôt basique. Donc après chaque rapport sexuel non protégé, Garnerella se retrouve dans un paradis reproducteur et l’odeur que provoque l’infection en est dédoublée. Ce qui risquerait bien de faire fuir votre partenaire…

Une infection vaginale non transmissible

Vous pouvez toutefois le rassurer. La bonne nouvelle avec Gardnerella, c’est que c’est une infection non-transmissible. En fait, on peut la transmettre à l’homme mais il n’en sera pas affecté. Le seul risque serait qu’il ait une relation sexuelle avec une autre fille dans la foulée. Dans ce cas la, la deuxième partenaire risquerait de l’attraper. Mais s’il a pris une douche entre-temps, alors pas de souci.

Ce n’est donc pas une infection sexuellement transmissible (IST) et même une jeune fille vierge ou une femme ménopausée peuvent l’attraper.

Comment se débarrasser de Gardnerella ?

La mauvaise nouvelle, c’est qu’il est très difficile de s’en débarrasser. Le premier problème est que, comme l’infection peut également provoquer des démangeaisons, les médecins ont tendance à la confondre avec une mycose. Or, pour soigner une mycose, un anti-fongique suffit. Alors que pour soigner une infection, il faut passer par un traitement antibiotique. Le seul traitement qui existe pour Gardnerella est le Flagyl, sous forme d’ovules ou de comprimés. Il est aussi possible de le remplacer par de l’Augmentin, un antibiotique général ; cependant, celui-ci est très puissant et tue toutes les bactéries de votre corps, autant les bonnes que les mauvaises.

Le deuxième problème est que, même si vous vous débarrassez de Gardnerella, votre corps va continuer à en produire et, si le pH de votre vagin ne s’est pas autorégulé, la bactérie se remettra à proliférer. Dans ce cas-là, elle revient généralement sous trois semaines. Il faut alors recommencer le traitement antibiotique puis le compléter par une cure visant à ré-équilibrer la flore vaginale. Il en existe de nombreuses en pharmacie, malheureusement non remboursées par la sécurité sociale. Préférez une cure qui s’étale sur plus d’un mois pour vous assurer du non-retour de Gardnerella en masse. Et rappelez-vous, demandez toujours l’avis de votre médecin, gynécologue ou pharmacien avant de prendre un traitemant.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*