Il est encore temps de (re)négocier son prêt

Un couple qui renégocie son crédit

Si vous envisagez de souscrire à un prêt immobilier, il est grand temps de se lancer : les taux hypothécaires étaient au plus bas cette année et les banques s’apprêtent à relever leurs tarifs en 2017. De même si vous possédez déjà un crédit en cours : pensez à le renégocier. Cet acte peut vous faire économiser une petite fortune.

Renégocier auprès de sa banque ou transférer son crédit

Avec la baisse importante des taux de crédits immobiliers qu’on a pu observer cette année, l’heure est à l’investissement et à la renégociation des prêts. Vous pouvez vous tourner directement auprès de votre banque pour négocier le taux de votre prêt actuel, mais même si vous menacez de changer d’établissement, rien ne les oblige à faire un geste commercial envers vous.

Si la négociation avec votre banquier actuel échoue, c’est peut-être l’opportunité pour vous de transférer votre prêt dans une autre banque ou un établissement spécialisé. En l’occurrence si vous avez plusieurs crédits en cours, pensez à les fusionner. Nous vous conseillons de faire appel à un courtier en crédit afin de vous accompagner dans vos démarches.

Plus d’économies pour les prêts récents

Il faut tout de même être attentif, car tous les prêts ne sont pas bons à être renégociés : plus votre prêt est ancien, moins vous avez de chance d’y gagner. En effet, les intérêts sont généralement plus élevés durant les premières années de votre emprunt et sont quasiment nuls vers les dernières années. Vous risquez donc d’y perdre si vous atteignez les dernières années de remboursement de votre prêt.

Il faut en général compter sur des économies lorsqu’on est dans la première moitié d’un emprunt courant sur plus de dix ans et dont le capital restant à rembourser est supérieur à 100 000 euros. Il faut également que la différence entre le taux de départ et le nouveau taux proposé avoisine les 1%.

Attention aux indemnités de remboursement anticipé

Soyez également conscient que le rachat d’un prêt présente un certain coût. Il faut d’abord résilier le contrat d’origine et ainsi payer les indemnités de remboursement anticipé (IRA) et les frais de dossier associés.

Les indemnités de remboursement anticipé peuvent représenter une grosse somme et même s’ils sont plafonnés par la loi, il faut se rendre à l’évidence, on ne peut généralement pas les payer de sa poche et elles sont couramment réinjectées dans le nouveau prêt. Une fois de plus, faites appel à des professionnels pour mieux vous guider.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*